Antoine Hacquin, je suis un artiste atypique au parcours semé de rencontres audacieuses et déterminantes. Sortie de l’école des beaux-arts de Bordeaux, de la Martinique, en passant par Porto, au Portugal, je navigue entre l’art contemporain, la vidéo, la musique et le théâtre. Lors de mes études, il émerge un travail plastique foisonnant d’images, de tout style et support différent.

L’origine de mon travail est né dans les cabines de photomaton, où j’ai expérimenté les différentes manières de mise en boîte ou en abîme des images.

La résultante de ses expériences se retrouve dans l’agencement d’installations diverses et variées.

Au cours de mes études, j’ai pu faire mes armes auprès d’artistes reconnus, dans le cadre de workshop, avec Annette Messager, Sarkis, Georges Tony Stoll, et Thomas Hirschhorn avec qui j’ai participé à la réalisation du « Deleuze Monument » pour l’exposition «La Beauté» en Avignon. Ces deux derniers m’ont inviter à présenter mon travail au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris auprès de Hans Hulrich Obrist.

Après mon diplôme, l’artiste Bruno Pédurand, m’invite à participer à son projet «itinerrance», et j’expose à l’Archipelle à Basse-Terre, en Guadeloupe.

J’obtiens ensuite une aide individuelle à la création, à la DRAC Aquitaine, avec lequel je créais un cinéma en plein air, intitulé «Le Convoi Exceptionnel», avec la complicité de mon ami et artiste Nicolas Molé. Sur les routes de festivals, nous projettons nos vidéos.

Suite de ces aventures, l’art vidéo créer un pont avec le monde de la musique, en croisant le chemin d’un homme-orchestre, nommé le Docteur Nagual X, qui sample des passages de films, dans une musique électro-dub. Le montage d’un spectacle visuel voit le jour, et part dans une tournée qui nous mènera jusqu’au Reggae Sun Ska festival. S’en suit de multiples rencontres, projets, et résidences avec des artistes tels que Ezekiel, Dj Vadim, Miss Hélium

Fort de toutes ces expériences, c’est la rencontre avec les metteurs en scène

Jean-Luc Terrade et Yvan Blanloeil qui sera déterminante pour aboutir à une professionnalisation réelle de mon art. Engagé comme régisseur général, je me réalise en tant qu’artiste et technicien en produisant des vidéos pour le théâtre.

Amené à aiguiser mon art, c’est dans la réalisation du montage vidéo d’une bande dessinée de l’auteur Thierry Murat ; avec sa complicité et l’accompagnement du groupe Splendor in the Grass, que j’arrive à joindre dessin, graphisme, vidéo et musique.

Je réalise de temps en temps des ateliers vidéos dans des centres d'animations de quartier, où je transmet ma passion aux plus jeunes, toujours dans le plaisir du partage; mixe dans des salles de concerts des vidéos clips sous le pseudonyme de  «ScopitoneyO», et continue à ouvrir mes différentes pratiques plastiques à toutes autres formes.